Absente de la revue d’effectif en octobre dernier, certains s’étonnaient aussi de ne pas l’apercevoir dans les publications du club d’Avoine Beaumont Gymnastique depuis le début de la saison. Nous avons retrouvé Léa Franceries auprès de sa famille en Gironde. Après une pause nécessaire et salutaire, loin du tumulte qui a agité ses derniers mois prise dans le tourbillon de l’affaire entre son club et la FFGym, la gymnaste de 19 ans a choisi de reprendre l’entraînement au club du SA Mérignac. Elle explique les raisons de ce nouveau départ.

En 2017, Léa Franceries quitte son club de Bruges en Gironde pour s’installer à Avoine-Beaumont Gymnastique. Arrivée discrète, elle se souvient de ses premiers mois dans le club : « c’est grâce à Iulie et Cornel Adam que j’ai commencé mon bout de chemin à Avoine, ils étaient géniaux ». Ces deux premières années lui permettent de prendre ses nouvelles marques. Puis les deux entraîneurs décident de partir et Léa intègre alors le groupe Elite en 2019, sous la houlette de Gina et Marc Chirilcenco. Boostée par l’émulation du groupe avec Claire Pontlevoy, Carolann Héduit ou Kaylia Nemour, elle progresse encore plus vite, encore plus fort et atteint rapidement ses premiers objectifs : les Championnats de France Elite et l’Equipe de France. « Je les remercie tous les trois (NDLR avec Carole Boin) de m’avoir aidée à atteindre quelques-uns de mes rêves d’enfant » , confie-t-elle.

Vous souhaitez lire la suite de cet article Premium ?

Déjà abonné ? Je me connecte ci-dessous.
Pas encore abonné ? Je m'abonne pour 1€/mois.

 

Article précédentCyril Tommasone, un nouveau mouvement pour décrocher son ticket pour Paris 2024
Article suivantTop 12 GAM : top départ de la phase retour

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom