Jim Zona : “Ma médaille à la fixe est un beau symbole”

Quatrième au concours général aux championnats de France élite qui se sont déroulés du 8 au 10 juillet à Elancourt, Jim Zona (INSEP / Albonaise de Franconville) a flirté avec la médaille, manquant le podium de quelques dixièmes de points. Malgré une préparation écourtée due à une accumulation de blessures les semaines qui ont précédé la compétition, il a toutefois tenu son rang, décrochant même un titre de vice-champion de France à la barre fixe. Avant de repartir à l’entraînement et de se projeter vers de nouvelles échéances, il revient sur sa compétition.

Jim Zona aux championnats de France élite, à Elancourt. Photo Anaïs Carlier

Spot Gym : Tu repars des championnats de France élite avec une 4ème place au concours général et une médaille à la fixe, quel bilan tires-tu de ta compétition ?
Jim Zona : Ces Championnats de France sont très positifs pour moi. Au delà des résultats, j’ai réussi mes deux concours général avec pas ou très peu de préparation, lié à des petites blessures successives. Être capable d’assurer à chaque fois plus de 80pts en étant diminué est une très bonne base pour la suite. Je dois maintenant construire la dessus et surfer sur cette belle sensation du devoir effectué pour réincorporer toutes mes difficultés.

Peux-tu en dire plus sur ces blessures qui ont perturbé ta compétition ?
J’ai contracté une petite déchirure à l’avant bras à la fin de la saison top12. Les tests des championnats d’Europe arrivaient, j’ai donc du écourter ma période de cicatrisation afin de tenter ces sélections. Malheureusement la déchirure était toujours présente et m’a contraint à un arrêt total bien plus long. À la reprise il me restait 4 semaines de préparation pour ces Frances, mais j’ai contracté une douleur au poignet nécessitant une infiltration… Finalement je n’ai jamais pu enchaîner deux semaines de travail, j’ai eu de gros doutes sur ma capacité à être présent sur cette compétition… J’ai travaillé en dehors de la salle de gym lors de mes différentes période d’arrêt, l’idée était alors de travailler mon physique autrement et de perdre quelques kilos afin de compenser mon manque de répétitions gymniques.

Tu n’es pas passé loin du podium au concours général, qu’est-ce qui t’a manqué pour accrocher l’une des 3 premières places ?
J’ai fait une grosse faute au sol les deux jours. Ces deux erreurs m’ont à chaque fois fait perdre pas mal de dixièmes. Au delà de ces erreurs il m’a manqué aussi des difficultés afin d’avoir des notes de difficultés plus élevées. Je n’avais pas les moyens de les faire, il a donc fallu faire un peu plus simple, ce qui à la fin dessine le delta avec les premières places.

Photo Anaïs Carlier

Que représente ta médaille décrochée à la fixe ?
Avant de monter sur la barre fixe dimanche, je me suis dit que c’était le moment qui allait définir tout mon week-end. Soit je réussissais et repartais avec une ou deux médailles, soit je repartais sans rien. J’ai réussi un mouvement correct qui me permet de ramener cette médaille. Un beau symbole d’un week-end compliqué au premier abord mais qui s’est finalement bien passé !

Cette saison, et comme la saison dernière, le concours général se déroulait sur deux journées, comment gère-t-on ce format de compétition ?
C’est très spécial ! Cela demande une concentration plus intense et bien plus longue. La première journée est encore plus stressante de par ce format. Si tu loupes ton premier jour, tu peux t’embarquer dans une situation très difficile… il faut avoir en tête que le match n’est plus sûr 6 agrès mais 12 et oublier à chaque fois ce qui s’est passé pour se concentrer sur ce qui suit. Ce format est très intéressant pour la construction et le développement de nos gymnastes du concours général.

Quels sont tes objectifs désormais ?
Je suis concentré sur ma préparation estivale pour être au top pour les sélections des championnats du monde en septembre. Une vraie préparation afin de présenter bien plus de contenu et de nouveaux mouvements.

Quel est ton programme pour cet été ?
J’ai eu une semaine de vacances à la suite des Frances et je retourne à l’entraînement dans quelques jours. Je reprendrai d’abord du travail physique puis technique, avant de rentrer sur une préparation du concours général sur le mois d’août.

Ta saison a également été marquée par le Top 12 avec ton club de Franconville, quel bilan tires-tu de cette saison en Top 12 ? 
Ça été une très bonne expérience de revenir dans cette compétition avec mon nouveau club. Malheureusement nous n’avons pas réussi à présenter notre équipe au complet tout au long de la compétition. Avec Antibes dans notre poule, nous devions être à notre maximum pour avoir une chance. Ce n’est que partie remise, je pense que nous serons plus performant l’année prochaine !

Aujourd’hui comment te sens-tu physiquement et mentalement ?
Physiquement tout va bien maintenant et ça fait du bien ! Mentalement les vacances tombent à pic, il était important de souffler après une année assez éprouvante entre le Top 12, les nombreux stages nationaux et ce long week-end de compétition à Élancourt.

Propos recueillis par Charlotte Laroche 

Article précédentJeux Mondiaux : Candy Brière-Vetillard médaillée d’or en tumbling
Article suivantJeux Panaméricains : tous les résultats

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom