Au cours du dispositif « Gym-Danse-Etude » que nous vous présentions dans notre premier volet (lire ici), Sylvie Guillem s’est révélée et n’a jamais cessé de briller. Portrait.

Les parents de Sylvie Guillem étaient entraîneurs de gymnastique au club de Blanc-Mesnil, sa maman avant elle était aussi gymnaste, et c’est tout naturellement que la jeune fille s’est tournée vers les agrès. Dotée de pré dispositions naturelles, elle rejoint tout d’abord les regroupements régionaux hebdomadaires. Bernard Cayre coordonnait les stages régionaux où elle participait. « Déjà elle avait un visage espiègle et un fort caractère caractère qui n’a cessé de s’affirmer durant sa carrière de danseuse étoile. Mais elle disposait aussi de « qualités exceptionnelles, un port de tête et une souplesse naturelle » complète le technicien qui partage ses souvenirs avec ferveur et tendresse. 

A l’été 1976, lors du stage de recrutement pour la deuxième promotion de Gym Danse Etude, Sylvie a 11 ans, son intégration ne fait aucun doute tant son profil répond aux caractéristiques de la gymnastique de haut-niveau. A l’occasion de ce stage elle met également en avant ses talents d’interprète en proposant lors du spectacle de clôture un pantomime déguisée en marin. Ce moment reste gravé dans la mémoire de Bernard. 

Vous souhaitez lire la suite de cet article Premium ?

Déjà abonné ? Je me connecte ci-dessous.
Pas encore abonné ? Je m'abonne pour 1€/mois.

 

Article précédent« Gym-Danse-Etude », arabesques entre barre de danse et barres asymétriques 
Article suivantChampionnats d’Europe GAF (Rimini 2024) : six finales pour la France
Membre de l'association des Femmes Journalistes de Sport

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom