Fin de carrière pour Iliona Prioux, retour sur sa carrière de haut niveau

Au lendemain de la finale des individuelles Nationale A 18 ans et plus, catégorie dans laquelle Iliona Prioux participait fin janvier, l’ex-membre de l’ensemble France a annoncé mettre fin à sa carrière de gymnaste rythmique. Une décision mûrement réfléchie après un parcours de haute volée que l’Aixoise nous raconte à coeur ouvert.

Suivant les pas de sa grande soeur, Iliona Prioux fait ses premiers pas en gymnastique artistique à cinq ans, mais apeurée par les mouvements sur la poutre, elle n’évoluera qu’une année dans la discipline. Son entraîneur constatant ses qualités de souplesse lui propose alors de se diriger vers la GR. Le coup de coeur, notamment pour le ruban, est immédiat. Elle intègre alors le club d’Aix-en-Provence (GR Aix), l’année suivante en poussine. Elle y est entraînée par Guergana Lazarova, aujourd’hui entraîneur à Strasbourg GRS, qu’elle considère comme sa deuxième maman : « Ayant été très peu chez mes parents, j’ai eu beaucoup de deuxièmes mamans », plaisante la jeune fille. 

Comme il est de coutume pour les jeunes gymnastes aux qualités corporelles prometteuses, Iliona passe les tests d’entrée au pôle à dix ans. Une fois par mois, les samedis matin, elle se rend donc au pôle d’Aix-en-Provence et s’entraîne avec Valérie Fabre, puis Valérie Maggio, cumulant vingt-cinq heures d’entraînement par semaine, en plus d’une seconde passion, l’équitation, tradition familiale pour les Prioux.
Après avoir passé trois ans à Aix, le pôle ferme pour des raisons financières. Pour poursuivre dans le sport, Iliona ne voit qu’une seule solution, quitter la région PACA et rejoindre l’internat. « Je n’avais pas un niveau exceptionnel, car Aix-en-Provence n’était pas la meilleure école, mais j’avais envie de continuer la GR, car je me voyais progresser. J’ai tapé à la porte de tous les pôles. Montpellier n’avait plus de places, Calais ne me voulait pas, parce que je n’avais pas le profil recherché. Et c’est finalement le pôle Strasbourg qui a bien voulu essayer avec moi », raconte-t-elle. 

Pôle Aix-en-Provance
Le pôle d’Aix-en Provence encadré par Valérie Fabre (en haut à gauche) et Valérie Maggio (en haut à droite)

Vous souhaitez lire la suite de cet article Premium ?

Déjà abonné ? Je me connecte ci-dessous.
Pas encore abonné ? Je m'abonne pour 1€/mois.

Article précédentMathilde Wahl : “Quand je vois par où je suis passée, je suis fière de moi”
Article suivantUne pétition lancée en faveur de Kaylia Nemour

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom